Orientation Formation Métier en Provence-Alpes-Côte d'Azur Votre Service Public Régional d'Orientation
Région PACA

L'actualité

Résultats195
Affiner la recherche
Thème
Voir tout l'agenda
Le Parlement Européen lance officiellement le "Projet de mobilité longue des apprentis en Europe"
Le mercredi 21 septembre 2016, le Parlement Européen a lancé officiellement le "Projet de mobilité longue des apprentis en Europe".
Partant du constat qu`en Europe, un jeune sur quatre en moyenne, et dans certains pays, un jeune sur deux, est au chômage, Jean ARTHUIS, député européen et président de la Commission des Budgets, s`est impliqué pour construire un projet commun afin de promouvoir l’apprentissage et la mobilité longue des apprentis en Europe.
Le programme, dont la phase expérimentale implique 33 centres de formation de 12 pays, avec à sa tête, les Compagnons du Devoir et du Tour de France, permet aux jeunes de partir, dans le cadre de leur contrat d’apprentissage, sur une période de 6 à 12 mois, dans un autre pays.
Tous sont unanimes sur la nécessité de combiner l’apprentissage et la mobilité pour favoriser l’intégration des jeunes sur le marché de l’emploi. Certes, les apprentis peuvent dès à présent accéder à une mobilité à travers le programme Erasmus+ mais les durées d’échange sont courtes : 28 jours en moyenne.

La première année d’expérimentation aura pour objectif principal d’identifier les problèmes et sera la référence pour un élargissement du projet qui démarrera dès l’année suivante, en septembre 2017.
La finalité du projet pilote sera ainsi de trouver un cadre juridique européen, via un “contrat d’apprentissage unique européen”, qui facilitera la mobilité internationale des jeunes en formation par la voie de l’alternance. En attendant, en absence de réponse de droit européen, la solution qui sera mise en oeuvre est le statut d’apprenti tel qu’il existe dans le pays d’accueil. C’est la raison pour laquelle, le consortium s’est limité, dans un premier temps, à 145 apprentis : un volume maximal qu’il lui est possible de gérer dans une configuration au cas par cas. Les acquis d’apprentissage pendant la mobilité seront reconnus a minima pour l’obtention d’un diplôme dans le pays d’origine. Un travail est actuellement mené, dans le cadre de cette expérimentation, pour obtenir une double reconnaissance des compétences professionnelles, dans le pays d’origine et dans le pays d’accueil, et à terme dans tous les pays de l’UE.
Le projet pourra être reconduit jusqu’en 2020, pour ensuite se pérenniser.
La Carte Jeune Européenne s`installe en France!!!
La France est le 35e pays d’Europe à offrir la "Carte Jeune Européenne" à ses jeunes.
Instaurée par le Conseil de l‘Europe en 1987, cette carte permet à tous les jeunes de moins de 31 ans, a travers des réductions dans des domaines aussi divers que les transports, le sport, la culture ou encore les loisirs, de pouvoir découvrir de nouvelles activités, bouger, s’informer en France et à travers l’Europe
Quels sont les critères pour bénéficier de cette carte?
Avoir entre 12 et 30 ans. La carte est valable 1 an pour seulement 10 euros et fonctionne dans les 35 pays du programme.
Si vous souhaitez plus d`information ou obtenir vous aussi la Carte Jeune Européenne, rendez-vous sur le site Internet de la Carte Jeune
Campus France publie une note sur " Le genre et la mobilité étudiante internationale"
Campus France a souhaité faire le point sur la problématique du genre en s’intéressant au contexte de cette mobilité, afin d’analyser celle des étudiantes françaises, comme celle des étudiantes étrangères qui viennent étudier en France. Dans "Les notes de Campus France n° 52 - Septembre 2016", il publie une note intitulé "Le genre et la mobilité étudiante internationale".
L’ambition de cette note est d’apporter, sur le sujet traité, des éclairages significatifs, certains inédits, dans le but d’ouvrir ou d’élargir des pistes de réflexions qui pourront être reprises et approfondies par les chercheurs.
- La première partie présente un état de la place occupée par les femmes dans l’enseignement supérieur en France. Force est de constater que malgré des améliorations récentes, le chemin vers la parité est encore long.
- La seconde partie établit un bilan argumenté de la mobilité internationale des étudiants français sous l’angle du genre. Une large étude récente menée par Campus France souligne que les étudiantes demeurent encore aujourd’hui moins mobiles que leurs homologues masculins. Tout aussi attirées par l’international, elles rencontrent davantage de freins à leur projet, qui sont ici identifiés et analysés.
- Dans la troisième partie, un parallèle est effectué avec les étudiants internationaux qui ont choisi la France pour leurs études. De fortes disparités sont mises en évidence, tant au niveau des déséquilibres de genre selon les pays d’origine, qu’au niveau des types d’établissements ou des filières choisis.
Enfin, la note s’attache à évaluer l’attractivité par genre de la France face à deux autres destinations majeures de la mobilité internationale : les États-Unis et l’Allemagne. Cette partie souligne la réelle capacité concurrentielle de la France à séduire les étudiantes, notamment selon les origines ou les filières choisies.
Vous pouvez consulter cette note en suivant ce lien
La VAE, évolution des textes.
I. Les diplômes ou les titres à finalité professionnelle sont obtenus par les voies scolaire et universitaire, par l`apprentissage, par la formation professionnelle continue ou, en tout ou en partie, par la validation des acquis de l`expérience.
II. Toute personne justifiant d`une activité professionnelle salariée, non salariée, bénévole ou de volontariat, ou inscrite sur la liste des sportifs de haut niveau mentionnée au premier alinéa de l`article L. 221-2 du code du sport ou ayant exercé des responsabilités syndicales, un mandat électoral local ou une fonction élective locale en rapport direct avec le contenu de la certification visée peut demander la validation des acquis de son expérience prévue à l`article L. 6411-1 du code du travail.
La durée minimale d`activité requise pour que la demande de validation soit recevable est d`un an, que l`activité ait été exercée de façon continue ou non. Pour apprécier cette durée, l`autorité ou l`organisme qui se prononce sur la recevabilité de la demande mentionnée à l`article L. 6412-2 du même code peut prendre en compte des activités mentionnées au premier alinéa du présent II, de nature différente, exercées sur une même période, ainsi que les périodes de formation initiale ou continue en milieu professionnel.
Lorsqu`une demande de validation des acquis de l`expérience émane d`un membre bénévole d`une association, le conseil d`administration de l`association ou, à défaut, l`assemblée générale peut émettre un avis pour éclairer le jury sur l`engagement du membre bénévole.
La validation des acquis produit les mêmes effets que les autres modes de contrôle des connaissances et aptitudes.
La validation est effectuée par un jury dont la composition garantit une présence significative de représentants qualifiés des professions concernées.
Le jury peut attribuer la totalité du diplôme ou du titre. A défaut, il se prononce sur l`étendue de la validation et, en cas de validation partielle, sur la nature des connaissances et aptitudes devant faire l`objet d`un contrôle complémentaire. Les parties de certification obtenues sont acquises définitivement. Ces parties de certifications permettent des dispenses d`épreuve si le règlement fixé par l`autorité administrative, l`établissement ou l`organisme qui délivre la certification prévoit des équivalences totales ou partielles.
Le jury se prononce au vu d`un dossier constitué par le candidat, à l`issue d`un entretien à son initiative ou à l`initiative du candidat et, le cas échéant, d`une mise en situation professionnelle réelle ou reconstituée, lorsque cette procédure est prévue par l`autorité qui délivre la certification.
Un décret en Conseil d`Etat détermine les conditions d`application des dispositions du présent II, notamment les règles selon lesquelles le jury est constitué. Cette composition concourt à une représentation équilibrée entre les femmes et les hommes. Il détermine également les conditions dans lesquelles il peut être dérogé au I, pour des raisons tenant à la nature des diplômes ou titres en cause ou aux conditions d`exercice des professions auxquelles ils permettent d`accéder. Le jury fixe les contrôles complémentaires prévus au sixième alinéa du présent II.
III. Le jury d`un diplôme ou d`un titre à finalité professionnelle délivré au nom de l`Etat ou par des établissements publics ayant une mission de formation peut dispenser un candidat désirant acquérir des titres ou diplômes requis pour le préparer. Cette dispense doit se fonder sur les compétences professionnelles acquises par le candidat.

Article L6423-1
Toute personne dont la candidature a été déclarée recevable en application de l`article L. 6412-2 peut bénéficier d`un accompagnement dans la préparation de son dossier et de son entretien avec le jury en vue de la validation des acquis de son expérience.
La région organise cet accompagnement pour les jeunes et les adultes à la recherche d`un emploi selon les modalités définies au 4° de l`article L. 6121-1 .
Un décret en Conseil d`Etat détermine les modalités de cet accompagnement.
Un accompagnement renforcé pour certains publics peut être prévu et financé par un accord de branche.

Article L6422-3
La durée du congé pour validation des acquis de l`expérience ne peut excéder vingt-quatre heures de temps de travail, consécutives ou non, par validation.
La durée de ce congé peut être augmentée par convention ou accord collectif de travail pour les salariés n`ayant pas atteint un niveau IV de qualification, au sens du répertoire national des certifications professionnelles, ou dont l`emploi est menacé par les évolutions économiques ou technologiques.

Article L6422-2
Une personne qui a été titulaire de contrats à durée déterminée a droit au congé pour validation des acquis de l`expérience.
Les conditions de rémunération sont celles prévues à l`article L. 6422-8.

Article L6313-12
Les dépenses afférentes à la participation d`un salarié à un jury d`examen ou de validation des acquis de l`expérience mentionné au dernier alinéa de l`article L. 6313-1 couvrent, selon des modalités fixées par accord de branche ou par accord collectif conclu entre les organisations syndicales de salariés et d`employeurs signataires de l`accord constitutif d`un organisme collecteur paritaire agréé interprofessionnel :
1° Les frais de transport, d`hébergement et de restauration ;
2° La rémunération du salarié ;
3° Les cotisations sociales obligatoires ou conventionnelles qui s`y rattachent ;
4° Le cas échéant, la taxe sur les salaires qui s`y rattache.
Pour les travailleurs indépendants, les membres des professions libérales et des professions non salariées, une indemnité forfaitaire ainsi que le remboursement des frais de transport, d`hébergement et de restauration pour la participation à un jury d`examen ou de validation des acquis de l`expérience mentionné au dernier alinéa de l`article L. 6313-1 peuvent être pris en charge par les fonds d`assurance formation de non-salariés mentionnés à l`article L. 6332-9 .
Pour les retraités, le remboursement des frais de transport, d`hébergement et de restauration pour la participation à un jury d`examen ou de validation des acquis de l`expérience mentionné au dernier alinéa de l`article L. 6313-1 peut être pris en charge par les organismes collecteurs paritaires agréés mentionnés à l`article L. 6332-14, selon les modalités fixées par accord de branche.
L`INJEP publie deux études autour de l’accompagnement à l’entrepreneuriat et sur les "parlements libres des jeunes"
L’INJEP vient de rendre public deux numéros de son bulletin Jeunesses : études et synthèses. Le premier, intitulé "Accompagner les jeunes à l’entrepreneuriat, un vecteur d’insertion socio-professionnelle ?" (Jeunesses : études et synthèses n°33, juillet 2016), s’interroge sur les effets de l’accompagnement des jeunes à l’entrepreneuriat en termes d’ insertion socio-professionnelle. Le second, intitulé "Convergences et divergences des jeunesses dans une expérience délibérative. Le cas des `Parlements libres des jeunes` " (Jeunesses : études et synthèses n°34, septembre 2016, analyse l’expérience des "Parlements libres des jeunes" et comment celle-ci renouvelle les regards sur les rapports entre diversité sociale et participation civique.
Vous pouvez consulter le document "Accompagner les jeunes à l`entrepreneuriat, un vecteur d`insertion professionnelle ?", en suivant ce lien et "Convergences et divergences des jeunesses dans une expérience délibérative" en suivant ce lien