Orientation Formation Métier en Provence-Alpes-Côte d'Azur Votre Service Public Régional d'Orientation
Région PACA

L'actualité

Résultats173
Affiner la recherche
Thème
Voir tout l'agenda
La Commission européenne lance la première version de la classification européenne des compétences Esco
La Commission européenne a lancé le 27 juillet 2017 la première version de la classification européenne multilingue des aptitudes, compétences, certifications et professions (Esco). S’inscrivant dans le cadre de la stratégie Europe 2020 et de l’Agenda européen des compétences, le référentiel vise à favoriser la mobilité sur le marché européen.
Le référentiel Esco couvre aujourd’hui 2 942 professions et 13 485 compétences; il doit intégrer progressivement les informations des certifications des États membres. Un acte d’exécution est prévu en 2018 ; les pays membres auront alors trois ans pour établir la correspondance avec leur propre système.
En France, l’approche par compétences concerne aujourd’hui notamment les fiches RNCP et Pôle emploi.

ESCO - classification européenne des aptitudes/compétences, certifications et professions
Comment recherche-t-on un emploi ? - Insee Première - 19/07/2017
En 2016, 4,2 millions de personnes déclarent avoir effectué des démarches de recherche d’emploi, la plupart du temps pour trouver un emploi salarié. Deux tiers d’entre elles sont des chômeurs, un quart travaillent déjà mais souhaitent trouver un autre emploi et une faible part sont inactives (6 %).
La recherche d’un emploi salarié peut s’effectuer à l’aide de démarches très variées. Le recours aux offres d’emploi est presque systématique. Faire appel à Pôle emploi ou à une agence d’intérim, s’adresser à ses relations personnelles ou professionnelles sont également des démarches fréquentes. Plus des deux tiers des personnes en recherche déposent des candidatures spontanées auprès d’employeurs. Environ un tiers font savoir qu’elles recherchent un emploi via leur profil professionnel sur les réseaux sociaux numériques.
Parmi les chômeurs, les jeunes déposent plus fréquemment des candidatures spontanées que leurs aînés. Les cadres privilégient davantage les réseaux sociaux, ou leurs relations personnelles et professionnelles. La prise de contact avec Pôle emploi ou une agence d’intérim est plus répandue chez les ouvriers.
Les démarches de recherche les plus fréquentes ne sont pas nécessairement celles qui contribuent le plus à trouver un emploi : plus de 40 % des salariés employés depuis moins d’un an déclarent avoir obtenu leur emploi grâce à des démarches personnelles ou à une candidature spontanée.
Publication Insee Premère - n° 1660 - 19 juillet 2017
Un retour à l`emploi plus difficile pour les séniors - Insee Première - 25/07/2017
En moyenne, en 2016, 3 millions de personnes âgées de 15 à 64 ans sont au chômage en France, soit 10,1 % de la population active. En cours d’année, plus de la moitié des chômeurs (58,5 %) un trimestre donné sont encore au chômage le trimestre qui suit, tandis que 20,6 % occupent un emploi et 20,9 % sont inactifs et font partie pour la plupart du halo autour du chômage.
Plus souvent que les autres actifs, les chômeurs qui trouvent un emploi en occupent un à durée limitée (72,6 % contre 13,1 %) ou sont en situation de sous-emploi (22,9 % contre 6,5 %).Ils sont aussi plus nombreux à souhaiter changer d’emploi (25,7 % contre 8,9 %), majoritairement par crainte de perdre leur emploi ou pour en trouver un plus stable.
Parmi les chômeurs qui ont déjà travaillé et qui retrouvent un emploi, près des deux tiers sont embauchés dans une catégorie socioprofessionnelle en moyenne au moins aussi bien rémunérée que celle occupée dans leur précédent emploi.
Les jeunes actifs présentent un risque de chômage bien plus élevé que leurs aînés. Cependant, quand ils sont au chômage, ils accèdent plus rapidement à l’emploi : 25,8 % des jeunes chômeurs ont trouvé un emploi le trimestre suivant, contre 12,9 % des 50-64 ans. Alors que les seniors sont généralement moins souvent exposés aux emplois à durée limitée et au sous-emploi, la situation s’inverse lorsque l’emploi qu’ils occupent succède à une période de chômage.
Publication Insee Premère - n° 1661 - 25 juillet 2017
La Fondation de France met en ligne un moteur de recherche répertoriant toutes ses bourses pour étudiants et chercheurs
La Fondation de France annonce la publication de son " Guide des bourses ", "un moteur de recherche qui aide les jeunes à trouver de manière très simple la bourse qui correspond à leur profil et leur projet". Ce guide répertorie l’ensemble des bourses, prêts d’honneur et prix distribués par la Fondation de France ainsi que par ses 120 fondations sous égide, que ce soit des bourses de mobilité, d’études, de recherche ou sur projet. Tous les domaines disciplinaires sont concernés, et le public visé va du collégien au chercheur post-doctorant. Plus de 2 200 bourses sont attribuées chaque année par l’une de ces fondations.
Pôle emploi et le SPE italien vont gérer le volet professionnel du "corps européen de solidarité"
À destination des jeunes entre 18 et 30 ans, ce nouveau dispositif doit permettre aux participants d’intégrer une action de volontariat, un stage, un apprentissage ou un emploi pour une période de 2 à 12 mois, dans un éventail varié d’activités (éducation, santé, intégration sociale, etc.). Les jeunes qui s’inscrivent ( en ligne ) doivent souscrire à la mission et à ses principes ; début juillet2017, la Commission fait valoir l’inscription de 32 000 jeunes. À l’issue de leur mission un "certificat du corps européen de solidarité" leur est remis.
De leur côté, les organisations participantes - ONG, société civile, autorités nationales, régionales et locales ou entreprises sociales - doivent adhérer à une charte, qui définit les droits et les responsabilités à tous les stades du projet. En fonction de leur domaine de compétence, elles sont autorisées et financées par l’un des huit programmes européens qui contribuent au corps. Depuis mars 2017, ces organisations ont accès à une base de données pour trouver employés, stagiaires et bénévoles.

Il existe deux types de corps, les missions professionnelles et les missions volontaires.
Pour les missions volontaires , une subvention doit couvrir les frais de subsistance tels que les frais de nourriture et de logement, l’argent de poche ainsi que les frais de voyage et d’assurance. Dans la plupart des cas, ces volontariats sont gérés via les agences nationales Erasmus +.
Quant aux missions professionnelles , elles concernent des emplois, des missions d’apprentissage ou des stages rémunérés. Les jeunes sont payés par les organisations, conformément aux législations en vigueur dans le pays où l’emploi est situé ; le corps participe via une subvention aux frais de déplacement.

la Commission annonce, dans un communiqué de presse le 10 juillet 2017 un financement d’environ 14 M€ par le programme pour l’emploi et l’innovation sociale (EaSI) et un objectif de 6 000 jeunes placés sur les deux projets - qui doivent se poursuivre jusqu’en mars 2019.

Le corps européen de solidarité est actuellement mis en œuvre au titre de huit programmes différents, chacun ayant sa propre base juridique, ses propres objectifs et son propre budget. La commission européenne est actuellement en train de travailler sur l`évolution juridique et financière de ce dispositif. Ainsi elle a publié en mai 2017, une proposition de règlement du Parlement et du Conseil européen

En savoir plus sur le corps européen de solidarité