Orientation Formation Métier en Provence-Alpes-Côte d'Azur Votre Service Public Régional d'Orientation
Région PACA

Connaître les métiers

Fiche métier - Source des données

Ingénieur / ingénieure de la police technique et scientifique

À la tête d'une équipe de techniciens, l'ingénieur de la police technique et scientifique (PTS) dispose de tout un arsenal technologique (éprouvettes, microscopes, portraits-robots numériques...) pour analyser et faire parler les indices. Il cherche à identifier les auteurs d'infractions de toutes sortes. Expert en son domaine (balistique, biologie, chimie, informatique...), ses enquêtes concernent aussi bien le terrorisme et le crime organisé que la petite délinquance.

Éprouvettes, microscopes, portraits-robots numériques... tout un arsenal technologique permet à l'ingénieur de la police technique et scientifique (PTS) de faire analyser des indices par son équipe afin de démasquer les criminels.

Nature du travail

Traquer les indices

Les experts chargés d'analyser les indices laissés par les criminels sont un peu différents de ceux que l'on voit dans les séries télé. À leur tête, l'ingénieur de la police technique et scientifique (PTS) fait réaliser l'examen des objets que les enquêteurs lui transmettent. Spécialisé, par exemple, en traitement des empreintes digitales, il choisit le procédé physico-chimique approprié pour révéler une identité.

7 spécialisations en police scientifique

L'ingénieur de la PTS peut être affecté dans l'une des 7 sections des laboratoires de la police scientifique. En balistique, son équipe étudie les armes, les munitions, les trajectoires des balles. En biologie, elle analyse le sang, le sperme, les cheveux (en étudiant leur ADN). En physique-chimie, elle se penche sur les peintures, les résidus de tirs, de terre... D'autres équipes travaillent sur les logiciels d'identité judiciaire qui servent à identifier les auteurs d'infractions.

Identifier tous les criminels

Le but de l'ingénieur de la PTS est d'identifier les auteurs d'infractions de toutes sortes. Ses missions concernent aussi bien le terrorisme et le crime organisé que la petite et moyenne délinquance. La police scientifique est au service de la Police nationale, mais aussi de la gendarmerie, des magistrats du Parquet ou de l'instruction.

Compétences requises

Être à la pointe de la technique

Les compétences de l'ingénieur de la police technique et scientifique (PTS) sont celles d'un expert qui participe aussi à la veille technologique et à la mise au point de nouvelles méthodes d'analyse.

Savoir encadrer

La fonction d'ingénieur comporte une dimension administrative et un rôle de coordinateur et de manager. À cet expert de gérer des équipes de techniciens de laboratoire, en termes de répartition du travail et d'organisation du fonctionnement de la section (gestion des congés, des astreintes, etc.)

Maîtriser le droit pénal

Lors du concours, les connaissances du candidat en droit pénal et procédure pénale liées à son activité de police technique et scientifique sont passées en revue. C'est un scientifique mais il ne doit pas faire l'impasse sur les connaissances juridiques ! Par ailleurs, son champ d'action ne se limite pas toujours à la France. Il intervient parfois dans des actions de coopération internationale, dans le cadre d'Interpol. La maîtrise de l'anglais sera donc un plus pour ce chef d'équipe.

Lieux d'exercice et statuts

Dans la fonction publique

L'ingénieur de la police technique et scientifique (PTS) est un cadre de catégorie A de la fonction publique d'État. Le corps des ingénieurs de la PTS comporte trois grades principaux : ingénieur, ingénieur principal et ingénieur en chef.

Dans son bureau ou au labo

Les déplacements sur les lieux du délit étant plutôt rares, il travaille essentiellement dans l'un des 5 laboratoires de police scientifique (à Paris, Lyon, Marseille, Lille ou Toulouse), dans le laboratoire de toxicologie de la préfecture de police, au service de l'identité judiciaire, ou dans un service de l'informatique et des traces technologiques. Il peut être amené à tenir des permanences ou à faire des astreintes.

À la tête d'une équipe

En tant qu'ingénieur, il encadre une équipe de techniciens et d'agents de la police scientifique. Il a la responsabilité de chef ou d'adjoint au chef de section (biologie, physique-chimie, etc.). Il est appelé à diriger les laboratoires ou les services. Il anime aussi des formations et fait de la recherche en criminalistique, qui consiste à collecter et à analyser des indices sous toutes leurs formes pour identifier le ou les auteurs d'une infraction

Le marché du travail

 

Un profil high-tech

Ces dernières années ont vu éclore une nouvelle forme de délinquance : la cybercriminalité. Le développement d'Internet a créé de nouvelles formes d'escroqueries. Dernier-né des services, la section de l'informatique et des traces technologiques comprend le traitement du signal audio, de l'image et l'expertise informatique. Le policier high-tech compétent en matière de fraudes aux télécoms ou au commerce électronique, de contrefaçons de logiciels et d'infractions à la cryptologie a, hélas, du pain sur la planche !

Progression de carrière

À terme, un ingénieur en chef de la police technique et scientifique peut devenir chef de service ou directeur de laboratoire.

Rémunération

Salaire du débutant

2149 euros net par mois.

Accès au métier

 

Le métier d'ingénieur de la police technique et scientifique (PTS) s'exerce après réussite à un concours, ouvert aux candidats de nationalité française et titulaires d'un bac + 5 scientifique (mais le niveau des candidats est souvent plus élevé : jusqu'à bac + 8, par exemple), dans l'une des 14 spécialités suivantes : biologie , chimie analytique , dactyloscopie , documents-écritures manuscrites , électronique , hygiène et sécurité , identité judiciaire , informatique , phonétique , physique , qualité , télécommunications , toxicologie , traitement du signal. Une fois reçus, les lauréats suivent une formation rémunérée.

    Niveau bac + 5
  • Master informatique, mathématiques, multimédia , télécommunications parcours modélisation mathématique et analyse statistique, parcours télécommunications, multimédia et réseaux, parcours automatique et applications, parcours informatique , sciences, terre et environnement parcours hydrogéologie et transferts / hydrogeology and associated transfer...

Les chiffres clés

Vous souhaitez visualiser les principales informations et évolutions du métier en région

Activer l'outil

Les offres d'emploi

Consulter les offres d'emploi correspondantes

Voir les offres

Consulter la Météo de l'Emploi

Voir le site

Les formations

136 formations correspondent à ce métier

Voir les formations
Un conseil sur votre
évolution professionnelle ?
Numéro vert 0800 600 700 appel gratuit depuis un poste fixe